La Famille comme Première expérience du Monde

 La famille, c’est la première expérience qu’on a du regard des autres, du regard du groupe auquel on appartient, du regard de ceux qu’on aime et du regard de ceux qui nous aiment (normalement!)

 

 

child-photographer

 

1. Trouver sa place

La guérison durable en Psychogénéalogie passe par un développement personnel solide.

Un des préceptes fondamentaux, c’est d’être au bon endroit, d’être à l’endroit même où se trouve sa place dans le Monde. Et donc c’est d’abord être là où se trouve sa place dans sa famille car on naît et on commence sa vie d’abord dans une famille (quelle qu’elle soit).

Et si vraiment la famille est inexistante (même si une famille d’accueil, la DDASS ou autre constitue en soi une famille), alors l’enfant sera carencé (affectivement, psychologiquement, etc.) mais surtout il n’aura pas cette protection que constitue la famille, cette espèce de « test » qu’on vit dans sa famille et qui est en quelque sorte une manière « d’éprouver » le Monde pour ensuite s’y trouver à sa place quand on rentre à l’âge adulte et qu’on est censé ne plus avoir de filet de sécurité, le filet de sécurité que constitue la famille.

 

2. Sélectionner pour construire sa personnalité

Et être à sa place dans sa famille, c’est accepter certaines choses, prendre des marqueurs familiaux (marqueurs identitaires, marqueurs liés aux valeurs, etc.) et en laisser de côté car il faut respecter sa personnalité et son individualité. Et c’est en se posant ces questions : qu’est-ce que je garde de ce que m’inculque ma famille et qu’est ce que je laisse de côté car ça en me convient pas, cela ne me correspond pas ?… C’est en se posant ces questions donc qu’on arrive à se construire petit à petit et à découvrir qui on est et comment on doit « se placer » dans sa famille et ensuite dans le Monde.

Par conséquent, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce sont les marqueurs familiaux qui doivent être au service de ceux de sa personnalité, et non l’inverse.

 

 

3. Une famille nous construit donc la connaître permet de se connaître soi-même

Connaître sa famille a été pour moi la première approche psychologique. Une approche qui permet d’appréhender la connaissance de soi-même. On apprend la manière dont il faut s’y prendre pour se connaître soi-même.

Effectivement, on découvre qu’on se comprend souvent mieux si on passe par l’explication « familiale » : la connaissance de sa famille autorise à être lucide sur soi-même. Car, dans tous les cas, on échappe jamais tout à fait à sa famille qui garde une emprise sur soi (culturelle, éducationnelle, etc.).

Donc apprendre à connaître sa famille nous sera toujours utile pour se connaître soi-même même si on fait tout pour ne plus rien à voir avec sa famille.

Et comme on a jamais fini d’apprendre à se connaître, je n’arrête pas d’essayer de connaître de plus en plus ma famille dan un sens toujours plus élargi.

 

D’où mon Projet de généalogie.

Première épisode32QC – Episode 1. L’enquête sur Emile et ses deux soeurs

allan-quatermain-et-la-pierre-des-ancetres

 

4. Limiter la famille à un cadre qui permet de nous construire mais qui ne doit pas nous obliger à quoi que ce soit

Tout en ayant bien en tête que connaître sa famille n’est pas se connaître mais cela pose simplement un cadre et un contexte qui pourra ensuite expliquer « certaines » choses de sa vie voire de sa personnalité mais jamais tout, bien évidemment.

Sa famille doit être comme un « guide » ou un « tuteur » qui permet de nous construire convenablement ou en tout cas qui permet d’avoir des repères. Mais ce ne doit pas être une Loi ou des règles qui nous dictent toutes nos décisions. Si la famille déborde cette limite, c’est le début des relations toxiques et malsaines.

 

5. La Famille : un début d’explications mais il ne faut pas qu’elle soit la coupable idéale

C’est pourquoi on ne peut pas (en général et pour la plupart des cas) tout mettre sur le dos de sa famille quand ça ne va pas (sauf situation extrême encore une fois).

La famille ne peut pas non plus récupérer toute la gloire de notre bonheur même si on ne réussit jamais tout  tout seul.

 

6. Le sens critique et la prise de recul sont obligatoires

L’éducation, les conseils, les rapports aux autres membres de sa famille et à leur compréhension sont autant de paroles ou de prises que les autres ont sur nous et qu’il nous faut passer sous le prisme du sens critique qu’on se construit petit à petit.

Soit on se rend compte que les gens du Monde comme ses parents n’ont pas toujours raison ou ne savent pas toujours tout à sa place.

Soit on prend conscience (parfois brutalement) que sans doute des gens ont eu de l’expérience avant nous et peuvent alors nous donner des petits conseils sur une vie qui ne leur est peut-être pas si étrangère.

Dans les deux cas, cette découverte permet de nous faire rentrer dans le Monde, dans la société avec le maximum de protections.

 

7. La famille, un révélateur

La famille comme révélateur de ce que nous sommes dans le Monde, dans la société, avec les autres.

Par exemple, une personne prétentieuse pourrait être un membre adulé de sa famille. Une autre fois, ce sera une femme peu entendue ou écartée dans sa famille qui n’ose pas prendre la parole dans un groupe de travail.

La Famille joue également comme un « éxagérateur » de ce qu’on vit en dehors de la Famille, de ses qualités et surtout de ses défauts. Forcément, on sera plus nous-mêmes avec des intimes donc il y aura forcément moins de freins, moins d’obstacles à nos réactions. Par conséquent, faisons attention à nos comportements et à nos attitudes en famille car il se pourrait fort bien qu’on ait les mêmes en société et surtout que cela se voie (même si on essaye de ne pas montrer ses pans de notre personnalité), ne nous y trompons pas.

Bref, on est dans sa famille (ou celle qui a servi comme telle) comme on est dans le Monde et vice-versa.

 

8. Le regard des autres

Bien que la famille puisse devenir (comme tout groupe) une prison dont on s’échappe pour être soi-même. Mais là aussi, on s’échappe de sa famille quand on a le courage de fuir le regard des autres pour être soi-même.

Car nul doute que tant que le regard des autres restera trop important pour nous, nous n’arriverons pas à être naturel.

A ce sujet, je vous conseille de regarder cette petite vidéo. Un ancien timide nous explique comment il a réussi à ne plus avoir peur du regard des autres et comment nous pouvons nous-aussi nous en libérer.

Je recommande vivement 🙂

 

9. La Famille, cette mini-société

La famille c’est comme une société. Elle a ses propres croyances, sa propre culture, sa propre hiérarchie, sa propre manière de fonctionner. Quand vous êtes invités dans une autre famille, à dîner par exemple, vous voyez bien que les habitudes ne sont pas les mêmes. Alors il faut vous adapter. Vous n’êtes pas dans votre élément c’est clair mais faire cette effort-là c’est une preuve d’ouverture, de respect (par le respect des règles qui ne sont pas nôtres) et de tolérance. Au même titre que dans le Monde, il y a des nations différentes et que lorsque nous allons dans une nation étrangère, nous ne sommes pas à notre aise car nous n’avons pas les codes sociaux. Alors il nous faut nous adapter.

A partir du moment où nous avons déjà eu une expérience de relations externes à la Famille, nous avons un exemple et c’est pourquoi une famille qui se renferme et dont les membres ne voient qu’eux mêmes n’est pas du tout recommandé bien évidemment.

Il est important que la famille donne à l’enfant des cadres et des repères pour qu’il grandisse, qu’il s’épanouisse et qu’il se forge une personnalité solide. Mais il est tout autant important qu’il sache que d’autres familles existent à l’extérieur avec des repères différents mais tout aussi valables. Enfin… à lui de les juger à l’aune de ses valeurs et plus tôt il aura cette expérience, plus facilement se fera la construction de son esprit critique.

 

La Famille est donc la première expérience du Monde. Elle nous sert à tester, à nous protéger, à comprendre les autres, à construire sa personnalité, etc. Globalement elle est bénéfique mais comme il s’agit d’un cadre fondateur dans notre vie, mal employé le cadre familial peut être dévastateur.

Et c’est pourquoi les nouvelles formes de Famille sont étudiées à la loupe afin qu’elles soient en adéquation avec le bien-être de l’enfant qui est un adulte et un citoyen en devenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.