Les effets dévastateurs des Messages Contradictoires

 Les messages, consignes ou ordres contradictoires de la part des parents envers l’enfant font beaucoup de dégâts sur le psychisme de l’individu. C’est pourquoi, dans de tels cas, la Psychogénéalogie permet de déceler l’origine de ce mal, et d’en trouver le remède. Évidemment plus tôt le mal est décelé, plus tôt le remède sera simple à appliquer.

1. Le mécanisme du message contradictoire : l’origine du mal

En tant que parent il faut être vigilant à ne pas envoyer des signaux contradictoires à ses enfants.
Car, par la suite certaines maladies psychiques ou certains comportements inconscients amèneront les individus à découvrir que leurs problèmes proviennent de messages contradictoires la plupart du temps envoyés dans leur enfance.
Cette double contrainte part :

  • soit d’ une ambivalence d’un des deux parents dans son éducation qu’il donne à son enfant
  • soit de loyautés familiales invisibles qui sont incompatibles entre elles. Souvent, entre la loyauté de la branche paternelle et celle de la branche maternelle.

Au mieux, et dans la plupart des cas disons-le, l’enfant sera empreint d’une confusion mentale, ce qui pourra avoir de graves conséquences sur sa construction psychique au moment de l’adolescence.
Au pire, l’enfant montrera au fur et à mesure de sa construction psychique et de celle de sa personnalité des signes de schizophrénie.

 

2. Le cas de l’ambivalence contradictoire

Dans le cas de l’ambivalence d’un des deux parents, le problème vient d’un conflit intérieur que le parent adulte n’est toujours pas arrivé à résoudre. Ce conflit sera au cœur du message contradictoire.

Par exemple, une mère qui n’est pas arrivée à finir ses études et pour laquelle cette carence la meurtrit profondément. Cette mère désirera naturellement en tant que mère que sa fille, elle, réussisse ses études pour ne pas répéter le même schéma douloureux.

Ainsi, la mère encouragera sa fille jusqu’au bout à réussir ses études. Jusqu’au jour où effectivement la fille sort diplômée. Sauf que, en parallèle ou après le diplôme, la mère adulte fera culpabiliser la fille d’avoir son diplôme alors qu’elle, la mère, ne l’a pas, ou bien la mère sera jalouse de sa fille parce qu’elle a son diplôme alors qu’elle, la mère, ne l’a pas.

Finalement la distance s’est installée dans cette condition diplômante entre la mère et la fille. Ce diplôme sera pour la mère le symbole de sa propre incapacité.

Conséquences :

Alors la fille ne sait plus et tombe dans une confusion mentale difficile à résoudre : Aurait dû-t-elle faire des études ? Ou n’aurait dû-t-elle pas en faire?

Puis, j’ai bien fait de faire des études mais « apparemment » ça ne satisfait pas, c’est que donc je n’ai pas été assez bonne, je n’ai pas été assez méritante.

Ou « apparemment » ce n’était pas une si bonne idée de faire des études, je vais faire le même métier que ma mère, comme ça au moins il y a plus de chance que ça satisfasse mon entourage et en particulier ma mère.

Et c’est comme ça aussi que les schémas familiaux se répètent finalement. Pour en savoir plus : Quand les schémas familiaux se répètent

Cette confusion mentale vient du fait que quelque soit le choix fait par la fille, elle ne sera ni vraiment loyale envers la mère, ni vraiment déloyale.
D’un côté nous avons la mère pour laquelle le problème n’est toujours pas réglé car le conflit intérieur existe toujours en elle. De l’autre côté nous avons la fille qui a désormais un problème, une confusion mentale que la fille aura du mal à expliquer car à l’origine il ne s’agit pas de son conflit intérieur à elle.

Beau résultat !

 

3. Travailler à faire disparaître ces messages contradictoires

Ainsi, à chaque fois que l’on donne une direction, un conseil ou un ordre dans le cadre de l’éducation de son enfant, posons-nous la question de savoir si nous ne répondons pas à un problème égoïste qui ne concerne que notre intérêt propre ou s’il s’agit bien d’une consigne ou d’une pression que l’on met à l’enfant dans son intérêt seul.

Mais qu’est-ce qui est légitime et effectivement bon pour le bien-être actuel et futur de l’enfant ?

Nous devons simplement mettre au service de son enfant son expérience personnelle mais attention, ceci tout en sachant que nous sommes tous différents (eh oui, même entre père et fils!) et que nous n’avons pas la même personnalité.

De plus l’enfant doit aussi faire sa propre expérience. C’est inévitable. Ainsi nous limiterons auprès de l’enfant les ordres ou conseils mal avisés qui provoquent in fine une réaction de refus intégral et en bloc.

Soyons donc humble en tant que parent. Évidemment ce que je dis là n’est absolument pas simple et chacun fera au mieux ; le tout est de bien comprendre le mécanisme des doubles contraintes ou consignes contradictoires afin de les éviter le plus souvent possible.

Mais surtout ne nous culpabilisons pas car l’éducation parfaite est impossible. Et il existera des conflits intérieurs et des obstacles dans la vie pour l’enfant : le tout, c’est d’essayer de résoudre les siens pour que ces soucis psychiques ne s’accumulent pas, ce qui se répercuteraient sur les générations futures.

 

4. Les loyautés invisibles contradictoires

Les loyautés invisibles partent du même mécanisme sauf qu’il n’y a pas qu’un seul parent impliqué mais les deux.

C’est le cas d’un père artisan qui souhaite que son fils reprenne le flambeau tandis que la mère a un autre souhait pour son fils. Celui par exemple qu’il devienne cadre dans une grande boîte car ce serait pour elle un signe de réussite social. Remarquez que ni l’un ni l’autre ne se pose la question de savoir ce que veut réellement l’enfant. L’enfant d’ailleurs ne se posera jamais la question car cela ajouterai une « troisième tension » à une pression qui en comporte déjà une de trop.

Ce qu’il va donc se passer dans ce cas, par exemple, c’est que l’enfant une fois adulte deviendra effectivement cadre mais ses actes inconscients seront de se saborder dans ses entretiens annuels, dans les projets qui pourraient amener à une promotion. Ainsi, il ne mettra pas trop de distance sociale entre son père artisan et lui.

C’est le cas d’un enfant de deux parents culturellement différents. Etc, etc.

Dans le cas des loyautés invisibles, il faut envoyer un message clair, unique et fort. Ce soit être un message concerté entre les deux parents et qui restera avant tout une ouverture à l’enfant à qui on devra faire comprendre qu’il aura seul le choix dans un cadre que les parents proposeront de définir.

 

5. L’esprit de contradiction

Même face à des loyautés familiales qui vont dans la même direction, l’enfant peut vouloir aller dans la voie directement opposée.

Par esprit de contradiction ? Pas uniquement, en tout cas pas par principe.

Souvent c’est parce que l’enfant aurait aimerait qu’on ne lui impose pas une voie. Il souhaiterait choisir la sienne propre.

Parfois, c’est aussi parce qu’un ancêtre pose problème dans ce système de loyauté familiale. L’individu va aller à son encontre en n’adhérant pas à cette loyauté familiale unique.

 

 

6. La bonne communication pour qu’un message ne soit pas contradictoire

 

 » Être « congruent », c’est d’abord être au clair avec son intention.  »

John Grinder

Source : interview dans Psychologies Magazine Communiquer, c’est toujours manipuler

Dans cet interview,  John Grinder, le cofondateur de la programmation neurolinguistique (PNL) créée, nous explique que les messages contradictoires ne sont pas que verbaux.

Par exemple, si je vous dis : « Vous êtes très belle » [elle remue en même temps la tête de gauche à droite], vous serez mal à l’aise, vous ne saurez pas comment réagir. Parce que je vous aurai envoyé deux messages contradictoires : lequel choisirez-vous ?

Eh oui, les messages contradictoires peuvent être à la fois verbaux et non-verbaux. C’est pourquoi on ne peut même pas se dire « je réglerai mon conflit intérieur plus tard ou ok on aura le même message éducationnel avec mon épouse mais ça m’énerve que ce ne soit pas le mien » car alors tous nos gestes et nos actes non-verbaux vont transpirer la contradiction avec le message principal qu’on voudra faire passer.

C’est ça être au clair avec ses intentions ou comme le dit John Grinder, « être congruent »

 

Comme souvent en Psychogénéalogie, il s’agit d’un problème de communication. Les messages contradictoires sont avant tout des messages donc une histoire de communication. Envers l’enfant bien évidemment mais aussi envers soi-même ou envers son partenaire.

Dénouer ces deux niveaux de communication permettra de faire disparaître le message contradictoire et ses conséquences.

 

Dites ce que vous en pensez dans les commentaires 🙂

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.