Comment ce blog a boosté depuis un an mes recherches généalogiques ? (et comment il continue à le faire…)

 

J’ai depuis quelques temps l’envie de m’intéresser à ce qu’on appelle les « collatéraux ».

En généalogie, il y a les ascendants (les parents), les descendants (les enfants) et les collatéraux (frères, cousins, etc.).

Mais pour comprendre pourquoi, revenons en arrière.

 


Si je suis devenu un passionné à l’âge de douze ans, c’était avant tout pour la recherche, l’enquête et le pouvoir de remonter dans le temps, de connaître ce qui ne pouvait être connu « de mémoire d’hommes » dans la famille. Donc avoir la liste la plus grande d’ancêtres retrouvés était devenu pour moi le but ultime et ça l’a été très longtemps ; comme beaucoup de généalogistes amateurs je pense.

 

Et je suis devenu petit à petit l’expert de la famille. Mais un très mauvais expert dans deux domaines :

  1. celui de raconter l’histoire des ancêtres dont j’avais trouvé les noms
  2. celui de connaître leurs collatéraux

 

Aussi, pour pallier ces lacunes, j’ai voulu donner vie à ces ancêtres que je connaissais finalement si mal. C’est pourquoi j’ai créé ce blog. Il me permet d’avoir d’abord un support et donc une finalité concrète.

 

Et je me suis ainsi aperçu très vite que si je voulais étoffer les histoires que je rédigeais, je devais mener des recherches complémentaires.

 

Ces recherches complémentaires consistaient souvent à recréer le contexte de l’ancêtre dont je racontais l’histoire, et notamment le contexte familial. Donc les collatéraux.

 

En plus, ces recherches m’ont permis de corriger des idées fausses que je pouvais me faire à propos de mes ancêtres (un déménagement pour une raison fantasmée, une vie esseulée complètement imaginée, une identité géographique et professionnelle mal cernée, etc.).

 

Mais si je voulais connaître sérieusement les collatéraux de mes ancêtres, il fallait que je trouve avant tout une méthode et un but ; ce que je me suis attaché à faire il y a peu car les recherches partaient dans tous les sens, au gré des histoires que j’écrivais.

 

Pour la méthode, je vous la présente dans l’article suivant :

Ma méthode ultime de numérotation en généalogie

Et je serais d’ailleurs très heureux de pouvoir partager sur ce sujet avec d’autres généalogistes car, à ma connaissance, je n’en ai pas trouvée de similaire.

 

Et pour le but, comme j’ai choisi d’abord de faire des recherches aussi exhaustives et succinctes que possible, je me suis fixé un objectif qui me semble tenable. Une de mes nouvelles résolutions généalogiques sera donc de trouver tous les collatéraux de mes 32 arrière-arrière-arrière grands-parents, ainsi que leurs descendants.

 

 

Et voici à quoi ressemble le fruit de mes recherches pour mon arrière-arrière-arrière grand-père DEVEZE

 

 

image collatéraux DEVEZE.png

 

Pour les plus vaillants, vous retrouverez le détail de mes recherches ci-après, avec une première esquisse de ma classification (les numéros) et donc de ma méthode. Promis je vous la livre très vite 😉

 


1511 – Marie Caroline DEVÈZE (HUET)

  • Née le 20 août 1844 à Beaupréau.

 

  • Mariée le 17 novembre 1873 à Beaupréau

A Théophile Jean-Marie HUET, sculpteur, né le 17 février 1842 à Nantes.

Fils de Jean HUET et Marie Anne BEDEL (Nantes)

 

 

1425 – Juliette Marie HUET

  • Née le 11 janvier 1875 à Beaupréau
  • Décédée le 18 novembre 1953 à Nantes

 

 

1512 – Pauline Joséphine DEVÈZE (GAUTRON)

  • Née le 12 février 1846 à Beaupréau

 

  • Bijoutière (lors de son mariage)

 

  • Mariée le 16 avril 1866 à Beaupréau

A Hyppolyte Victor GAUTRON, sculpteur, né le 7 novembre 1843 à Nantes.

Fils de feux Hippolyte Victor GAUTRON, marchand, et d’Anne Cécile GEORGES.

Le père est décédé le 7 avril 1847 à Nantes

La mère est décédée le 4 août 1852 à Nantes

Le tuteur est Jean Joseph ARNAUD car le marié est mineur à 23 ans.

 

 

1421 – Pauline Marie Jeanne GAUTRON (CHADEFAUX)

 

  • Née le 21 février (janvier ?) 1867 à Beaupréau

 

  • Mariée le 21 avril 1890 à Beaupréau

A Auguste Pierre CHADEFAUX, né le 23 février 1858 à Saint-Flour (Cantal), domicilié à Beaupréau et commis principal des contributions indirectes

Fils d’Alexandre CHADEFAUX et de Marie DUPRE, de Saint-Flour (Cantal)

Témoins :

  • Charles JUE ( ?), receveur des contributions indirects, 40 ans, ami de l’époux
  • Auguste DELAUNAY, 26 ans, horloger, ami de l’époux
  • Hyppolite SOURICE, 30 ans, maréchal ferrant, beau-frère de l’épouse
  • Charles PAULIN, 58 ans, plâtrier, ami de l’épouse

 

Source Filae :

  • Auguste Pierre CHADEFAUX, décédé le 26 mars 1927 à Nantes
  • Inspecteur des finances Noirmoutier
  • Receveur des contributions en 1909 à Angers

 

 

 

 

 

 

 

 

1333 – Octave Alexandre Auguste CHADEFAUX

  • Né le 24 janvier 1891 à Beaupréau
  • Décédé à Orvault (Loire-Atlantique) le 8 janvier 1969

Père : Auguste Pierre CHADEFAUX, employé des contributions indirectes à Beaupréau, 32 ans en 1891

Témoins à la naissance :

  • Hyppolite GAUTRON, sculpteur à Beaupréau, 48 ans, aïeul de l’enfant
  • Hyppolite SOURICE, maréchal ferrant, 30 ans, domicilié à Beaupréau

 

Registre militaire :

  • Exempté de service militaire ainsi que de la première guerre mondiale pour faiblesse générale
  • Cheveux châtain clair, yeux bleu verdâtre, front moyen, nez moyen à dos convexe, visage rond, 1m 64, degré d’instruction 3 (possède une instruction primaire plus développée que de simplement savoir lire et écrire)
  • Résidant à Angers

 

 

 

1334 – Paul Hyppolite Alexandre CHADEFAUX

  • Né le 29 avril 1894 à Beaupréau
  • Décédé à Nantes le 18 mars 1959

Père : Auguste Pierre CHADEFAUX, commis principal des contributions indirectes à Beaupréau, 36 ans lors de la naissance

Témoins à la naissance :

  • Hyppolite SOURICE, maréchal ferrant, 33 ans, oncle de l’enfant
  • Constant CHANOINE, 26 ans, oncle de l’enfant

Source Généanet :

  • secrétaire d’intendance
  • Décédé le 18 mars 1959 à Nantes, 8 rue Lamartine
  • Inhumé le 21 mars 1959
  • Marié le 15 février 1927 à Nantes avec Anne Marie Charlotte Henriette GABORIT, née le 24 septembre 1904 à Chantenay-sur-Loire (44) et décédée le 10 mars 1994 à Nantes.
  • Une fille Marie Paul CHADEFAUX, marié à Jean-Claude MAHé. Ils ont eu 2 enfants : une fille Marie-Claude MAHé et un fils Frédéric MAHé.

 

Registre militaire :

  • Cheveux châtains, yeux châtains, front bombé, nez busqué, visage ovale, 1 m 70.
  • Réside à Angers
  • Première Guerre Mondiale du 18 décembre 1914 au 15 avril 1919
  • Aux armées du 18 décembre 1914 au 28 juillet 1918
  • Evacué sur ambulance en 1915 pour abcès de la main
  • Evacué sur l’intérieur pour fatigue générale avec fièvre en 1916
  • Malade évacué sur l’intérieur le 31 juillet 1917 (sclérose du sommet droit)
  • Dès lors, classé au service auxiliaire, inapte définitivement à faire campagne (sclérose du sommet droit non imputable au service)
  • Le 16 avril 1919, mis en congé illimité de démobilisation et se retire à Nantes
  • Le 22 novembre 1921, proposé pour pension permanente 10% (légère induration du sommet droit et un peu de tachycardie, pas d’expectoration. Etat général médiocre)
  • Le 31 mai 1927, réformé définitivement n°1, pension définitive 10% (induration du sommet droit, anémie, tachycardie légère, obscurité respiratoire du sommet droit avec légère diminution de la transparence. Pas de bruits adventices, pas de bacilles, état général déficient, 1 m 72 et 49 kilos)
  • Dégagé de toutes obligations militaires le 1er juin 2943

 

 

 

 

 

1422 – Berthe Marie GAUTRON (SOURICE)

 

  • Née le 19 août 1868 à Beaupréau

 

  • Mariée le 10 mai 1887 à Beaupréau

A Hippolyte Eugène Jacques SOURICE, maréchal ferrant, né le 4 juin 1860 à Beaupréau, y demeurant

Fils de Jacques SOURICE, maréchal ferrant et de Rose Jeanne Emilie SIMONET

Témoins :

  • Charles PAULIN, plâtrier, 55 ans, demeurant à Beaupréau
  • Joseph CAILLé, employé, 60 ans, demeurant à Angers, cousins de l’époux
  • Théophile HUET, sculpteur, 45 ans, oncle de l’épouse, demeurant à Nantes
  • Edouard LANGLAIS, tapissier, 66 ans, oncle de l’épouse, demeurant à Nantes

 

1331 – Suzanne Marthe Marie SOURICE

  • Née le 24 février 1888 à Beaupréau

Père : Hyppolite Eugène Jacques SOURICE, maréchal ferrant, 27 ans, demeurant à Beaupréau

Témoins :

  • Jacques SOURICE, maréchal ferrant, 62 ans, aïeul de l’enfant
  • Hyppolite GAUTRON, sculpteur, 44 ans, aïeul de l’enfant

 

Source Généanet :

  • Décédée le 18 juillet 1925 au logis du Navron, à Seiches (49)
  • Mariée le 30 avril 1918 à Seiches-sur-le-Loir avec Henry René CORMEAU (veuf de sa tante décédée en 1902)
  • Surnom : mie-zette

 

 

 

1332 – Julienne Marie Rose  SOURICE

  • Née le 13 février 1890 à Beaupréau.

Décédée le 24 juillet 1897 à Beaupréau.

Père : Hyppolite Eugène Jacques, maréchal ferrant à Beaupréau, 29 ans lors de la naissance,

Témoins :

  • Charles COUTOLLEAU, sabotier, 43 ans, domicilié à Beaupréau
  • Emmanuel JEANNETEAU, tourneur, 38 ans, domicilié à Beaupréau

 

1423– Marguerite Eugénie GAUTRON

 

  • Née le 25 novembre 1870 à Beaupréau
  • Décédée le 10 avril 1948 à Paris (XVe)

 

 

1424 – Maria Céline GAUTRON

 

  • Née le 4 juin 1874 à Beaupréau

 

  • Mariée le 3 avril 1894 à Beaupréau

Avec Henri René CORMEAU, publiciste, né le 21 janvier 1866 à Beaupréau.

Fils de feu Henri René CORMEAU, décédé le 24 octobre 1887 à Beaupréau et d’Euphémie Marie LASNE, veuve CORMEAU, sans profession, domicilié à Beaupréau.

Témoins :

  • Auguste CORMEAU, bourrelier, 51 ans, demeurant à Belligué (Loise-Inférieure)
  • Joseph CORMEAU, sous-brigadier d’octroi, 49 ans, demeurant à Paris au n°2 rue de Lagny, oncle de l’époux
  • Auguste CHADEFAUX, commis principal des contributions indirectes, 36 ans, domicilié à Beaupréau, beau-frère de l’épouse
  • Hyppolite SOURICE, maréchal ferrant, 34 ans, domicilié à Beaupréau, beau-frère de l’épouse

 

Source Généanet :

  • Décédée le 10 avril 1902
  • Inhumé avec son époux au cimetière Est d’Angers
  • Un fils mort à un an : Henry CORMEAU, né en janvier 1895 et décédé en 1896. Inhumé au cimetière Est d’Angers.
  • Henri René CORMEAu, décédé le 5 août 1929 au logis du Navron, à Seiches sur le Loir. Inhumé au cimetière Est d’Angers. Ecrivain, publiciste. Marié en 1918 avec sa nièce par alliance, Suzanne SOURICE.

 

 


 

FIN DE L’ARTICLE

 


 

3 commentaires

  1. Sébastien Répondre

    Bonjour Stanislas
    Je ne peux qu’être d’accord avec toi !
    Je rajouterais également que cela permet de dénouer certains noeuds généalogiques et résoudre certaines épines car en poussant les recherches on trouve des pistes intéressantes.
    Merci pour ton article !

  2. Frédéric pontoizeau Répondre

    les collatéraux de nos ancêtres avec des liens très étroits entre eux, ils connaissaient bien souvent plus les familles élargies qu’aujourd’hui … les collatéraux sont essentiels dans la compréhension de certaines situations ou migrations. Ayant moi-même fais ces recherches collatérales, je te souhaite de bonnes recherches et surtout bonnes trouvailles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.