Tarot et Psychogénéalogie : le jeu du Phénix

 La Psychogénéalogie, c’est révéler des secrets, délier les nœuds de l’inconscient, permettre une prise de conscience des mécanismes inconscients qui s’enrayent (loyauté, répétitions, etc.). Ainsi, toutes les méthodes qui ont ce but-ci sont bonnes à prendre, selon moi.

 

Or, le Jeu du Phénix est un jeu de cartes philosophique. Ce n’est pas le Tarot de Marseille. Il s’agit ici, non pas de divination, mais de questionnement, de réflexion et de méditation intellectuelle : un véritable tarot philosophique.

 

C’est ce qui rend ce jeu intéressant. Il peut se jouer seul ou à plusieurs, dans un dialogue avec soi-même ou sous forme d’entretien questions/réponses.

 

1. Comment se déroule une partie ?

Une partie se déroule peu ou prou à chaque fois de la manière suivante : un thème ou une question est posé, et les cartes, par un procédé innovant, proposent une « lecture » des situations données, suggèrent des pistes à méditer et des explications à discuter.

C’est surtout ça en fait. Le jeu du Phénix ne dit pas « ce qui est » .

Il propose que vous parliez de « ce qui est » pour vous obliger ainsi à penser un sujet qui vous préoccupe par exemple. Le jeu initie la discussion et la discussion formalise la pensée, les choses deviennent alors plus claires.

Ce n’est donc absolument pas une lecture définitive du style « je tire les cartes et je te dis quel sera ton futur. Tu n’as rien à faire si ce n’est choisir une carte et m’écouter ». Non ce n’est pas comme ça que ça se passe et c’est pourquoi le mot lecture est entre guillemets. Les cartes entament seulement un début de lecture de la situation et ce sera à nous de continuer l’histoire à partir de là. Nous continuons l’histoire en fonction de nos réflexes et de nos mécanismes internes qui se mettront peu à peu à se révéler pour nous.

Le jeu du Phénix est un outil en réalité. Un bel outil qui stimule et encourage la discussion et donc la méditation sur tel ou tel sujet.

 

2. De quoi se compose ce bel outil ?

Un plateau :

IMG_0086

Chaque case, chaque emplacement est une dimension. Elles sont huit. La colonne de gauche renseigne plutôt sur le passé. Celle du milieu sur le présent et celle de droite sur le futur.

Nous rentrerons dans le détail de la signification de chaque case plus tard et notamment dans l’exemple plus bas.

 

De multiples cartes existent également comme celle-ci par exemple :

IMG_0087
La carte de l’Ancêtre

 

Qui se retourne et qui devient une autre carte avec une autre signification. Comme ceci :

IMG_0088
La carte retourné de l’Ancêtre est l’Ancêtre Fou

 

Chaque carte a une explication propre et une explication selon la place où elle se trouve sur le plateau. Et pour la carte de l’ancêtre, voici l’explication :

0082

 

Le tableau en bas de la plage correspond aux cases du plateau.

L’explication est volontairement vague pour laisser de la liberté à la discussion et pour qu’elle ne soit pas guidée ni par la pensée inconsciente du créateur du jeu ni par celle de l’Interprète quand il y a plusieurs joueurs.

 

Et voici l’explication de cette même carte lorsqu’elle est renversée :

0084.jpg

 

 

3. Le questionnement

Aucune limite n’est imposée au questionnement : le Jeu permet de s’interroger sur soi comme sur toute relation humaine, tout conflit, tous types d’événements et de choix, et même de réfléchir sur des grands sujets philosophiques comme la « Liberté », l’« Existence » ou l’« Amour » en général.

En temps de crise, le Jeu du Phénix remet l’humain, l’individu, ses paradoxes, ses beaux élans, au centre des débats.

 

4. Pour la connaissance de soi

Rôle pédagogique, en outre, pour initier au plaisir de se questionner sans cesse et de remettre en question les préjugés et les jugements à l’emporte pièces. Pour que penser devienne un véritable jeu, et pour développer la gourmandise de la connaissance (de soi, des autres, du monde), qui est le sens profond de la philosophie et avant tout le but de la Psychogénéalogie (essayer de se connaître en révélant le souci qu’on a avec ses ancêtres)

A partir de cette définition centrée sur le joueur, il est possible de développer les possibilités du jeu en élargissant la cible aux ancêtres du joueur et particulièrement aux relations que le joueur a avec ses ascendants. C’est ce qu’on essaye de faire quand on associe le jeu du Phénix ou même le tarot avec les problèmes d’ordre psychogénéalogique.

 

Mais comment joue-t-on ?

 

5. Le Tirage

On tire une carte et on analyse la situation à partir d’une piste de réflexion pour répondre à la question « Où j’en suis ? » par exemple.

C’est le procédé le plus simple du jeu. Si on a peu de temps, c’est effectivement le meilleur.

Mais comme je le dis souvent : en Psychogénéalogie, il faut prendre son temps donc c’est pas forcément le meilleur procédé pour résoudre un problème transgénérationnel.

 

6.  La Lumière

On tire une carte qui va nous donner le sujet à discuter. Par exemple, tirer la carte « 1. L’Ancêtre » peut donner : « Quel effet mon passé a-t-il sur moi ? »

Et là, la discussion peut commencer à partir d’une question que vous vous auriez peut-être jamais posé.

 

7. L’entretien

Dans un premier temps, les cartes sont choisies par le joueur et mises sur les emplacements indiqués, faces cachées.

Dans un second temps, l’interprète seul regarde les cartes, en laissant les cartes faces cachés pour le Joueur.

Toutes ces cartes que l’Interprète a désormais en tête lui donneront un fil conducteur pour poser des questions au Joueur.

Le but étant pour l’Interprète que le joueur « allume » une carte, c’est-à-dire que le Joueur, dans ses réponses, aborde le sujet de la carte.

L’interprète creuse alors la discussion dans ce sens. Il peut bien évidemment prendre des notes. C’est même souvent recommandé, surtout quand c’est la première fois.

L’interprète essaye ensuit d’ « allumer » d’autres cartes.

A la fin de la partie, l’Interprète révèle les cartes que le Joueur a « allumé » (sans le savoir) et commence l’analyse.

 

8. La Voie

On creuse une seule carte de « l’Entretien » ou de « la Lumière ».

Cette carte est le point de départ de la Voie. Suite à un tirage successive (bien guidé dans les Règles), l’interprète proposera une « voie » à suivre constituée de différentes étapes pour régler le problème posé par la première carte.

La Voie est en général choisie pour continuer une partie qui n’a pas été complètement satisfaisante.

 

9. Le Profil

Seule manière de jouer où on remplit toutes les cases du plateau de cartes. Une fois que tout est rempli, on a le Profil.

On interroge un tout (mystère, entité, mécanisme, soi-même, etc.)

Comme pour certaines Lumières ou certaines Voies, il peut être opportun de noter ou de photographier les Profils, pour les rendre sensés et les élucider à son rythme, ou pour les archiver afin d’appréhender les différentes étapes d’une évolution.

C’est un bon moyen quand on veut faire un point complet sur une situation délicate de la vie. C’est une de mes méthodes préférées pour jouer au Jeu du Phénix.

 

10. Exemple d’analyse suite à une partie

Je vais prendre comme un exemple un tirage un peu particulier.

Puisqu’on va interroger le futur, -oui je l’ai décidé :)- je vais donc faire tirer 3 cartes au Joueur pour qu’il les place sur les 3 emplacements du plateau dédiés au Futur : le Fruit, la Guerre et le Désir.

Après quoi, il se trouve que nous avons eu le tirage suivant

 

IMG_0119

 

 

Pour lequel j’ai eu l’analyse suivante :

les Vivants en Fruit : le fruit des actions du Joueur a toujours été d’aider les vivants. Il a toujours tourné le but de toutes actions, de toutes décisions vers l’aide des autres. C’est la solidarité qui l’habite. La générosité, l’action sociale, le lien avec le monde extérieur sont des thèmes qui guident sa vie.

Le but ultime de tout ce travail, son moteur en fait réside dans une volonté d’Unité. Unité au Monde.

 

La carte de l’Ancêtre en Désir : c’est le désir de partir à la recherche de ses ancêtres pour prolonger cette unité de soi et du monde avec ceux qui nous ont précédé. Une recherche d’unité de soi-même qui ne peut être complet qu’avec la connaissance de ce que j’ai en moi, tout l’inconscient transmis par ceux qui m’ont éduqué et choyé.

 

La Perle Folle en Guerre : c’est le défi, les obstacles qui vont s’interposer dans cette quête. Vous êtes tombés sur la Perle Folle. Il s’agit donc ici du risque d’aveuglement (la perle qui brille).

Cette carte mise en relation avec les autres signifie que le Joueur risque de penser une relation idéalisée avec ses ancêtres. C’est le fantasme de qui ils étaient. Ce sont les mythes familiales qui nous aveuglent sur la réalité de ce qu’ils faisaient, de qui ils étaient. Il y a des mythes qui construisent et d’autres qui construisent un décalage avec ce que nous sommes vraiment car ils sont faux.

Tout ceci pourra empêcher l’unité qui est votre vrai but quand vous recherchez vos ancêtres car il existerait des incohérences du style « nos ancêtres étaient mieux que nos contemporains » et ainsi vous créeriez le décalage que vous désirez éviter tant.

 

Le jeu du Phénix, une manière de s’interroger, une façon d’interroger ses ancêtres. Découvrir des choses sur soi par un moyen insolite. Avoir des réponses.

Mais ceci vous ne pouvez le comprendre qu’en y jouant. Alors, à vous de jouer 😉

 


Sources :

http://www.jeuduphenix.com/wiki-phenix/introduction

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jeu_du_Phénix

http://www.laurene-baldassara.com/jeu-du-phenix.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.