Comment les morts nous parlent ? Exemple avec Johnny

Le 19 octobre prochain sort l’album posthume de Johnny Hallyday « mon pays c’est l’amour ». Un titre qui porte un message fort mais la polémique commence déjà et gonfle. Nous nous en éloignerons.

 

Selon Jean-Claude Camus (le producteur de l’album), ce message était la réponse préférée de Johnny à la polémique qui courrait sur son lieu de résidence, sur son appartenance aux Etats-Unis ou à la France :  « Mon pays c’est l’amour »

Et après tout, pourquoi pas, une manière pour lui d’affirmer que là n’était pas son sujet et de rappeler l’essentiel.

On sait que l’album a été enregistré durant l’année de sa mort alors qu’il savait sa fin prochaine. Il ne pouvait que réaliser, en enregistrant les dix titres de l’album, qu’il laisserait un dernier message. Alors il a dû bien le choisir, son message. Il a dû y réfléchir. Mais pas trop non plus pour rester simple et ne pas rentrer dans de longs discours. C’est ce qu’il était. C’est ce qu’il savait faire.

En fait, c’est le message d’un homme aimé de tous et d’un sage qui nous livre ce que tout simplement son expérience lui a appris.

Les dix titres validés du dernier album de Johnny Hallyday sont les suivants :

Ce sont donc les sujets dont Johnny voulait aborder avec nous après sa mort. Mais nous découvrirons  le contenu de ce que Johnny a à nous dire le 19 octobre.

Parlons plutôt de ce que les morts ou les invisibles nous envoient comme message.

 

Comment nos ancêtres transmettent encore après leur mort ?

 

 Manière n°1 : l’héritage culturel et éducationnel

C’est ce que j’aborde dans mon article sur le Bien que peuvent nous apporter nos ancêtres :

Comment nos ancêtres nous font aussi du bien ? 🙂

 

« les valeurs inculquées constitueront alors le socle de références nécessaire à chaque individu pour construire sa personnalité »

Par là il reste toujours un peu de nos ancêtres en nous.

 

Manière n°2 : Les esprits, les revenants et les fantômes

Que l’on croit aux fantômes ou non, les revenants existent au moins en psychologie. Ils ne hantent pas les maisons comme dans les films : ils hantent le corps.

Les personnes décédées sont donc plus que jamais bien présentes en nous et nous livrent un message à travers certaines manifestations de notre corps.

Les revenants sont des personnes que nous avons connues

 Les fantômes, au contraire, des gens inconnus.

Le message qu’il souhaite nous faire passer n’est pas pour eux mais pour nous. Ils souhaitent régler un problème intérieur que nous n’avons pas résolu.

Il se concrétise par des pensées obsédantes, des rêves à répétition ou encore des souvenirs douloureux qui surviennent comme des flashs.

Exemple tiré de Serge Tisseron, « Quand les revenants et les fantômes hantent le corps », Champ psychosomatique 2005/1 (n°37), p. 93-105

Françoise croit avoir été violée dans sa très jeune enfance. Elle en est tellement persuadée qu’elle intente un procès à l’encontre du membre masculin de sa famille dont elle finit par se convaincre qu’il est son violeur.

Le procès est perdu suite à des contradictions flagrantes dans les dires et les événements cités par Françoise.

Et pourtant, elle racontait son histoire et retranscrivait ses souvenirs avec une telle précision et une exactitude dans ce que représentent les sensations d’une femme violée que même les psychologues se retrouvaient perdus.

Ce qu’il s’est passé : le fantôme de sa mère hantait Françoise et lui transmettait le message du viol. Quand elle était enfant, Françoise regardait la télévision avec sa mère et celle-ci se mettait parfois à transpirer beaucoup et à vraisemblablement ressentir des émotions difficilement supportables. Françoise s’est imbibée des états corporels de sa mère, elle les a littéralement incorporé comme ayant été siens dans les souvenirs qu’elle en avait. En grandissant, il a bien fallu expliqué ces sensations qui restaient accrochés dans ses souvenirs les plus lointains. Le processus de comparaison s’est fixé à un moment sur les sensations racontées par des filles qui avaient été réellement violées. Françoise s’est dit quelque part « oui moi aussi je me suis fait violé car sinon comment expliquer que je ressente intensément ces sensations? » Et ni une ni deux, Françoise trouve le membre de la famille qu’elle s’imagine être le coupable.

Sa mère hantera Françoise jusqu’à que le secret soit révélé. Quelque part c’est ce revenant qui aura été l’origine des manifestations corporelles de Françoise. L’esprit de sa mère partira ensuite seulement quand le message de son viol aura été livré.

Pour en savoir plus sur les secrets de famille : Secrets de famille : les 4 choses à savoir

 

 Manière n°3 : Le patrimoine

Nos ancêtres nous ont laissé un art qui leur correspondait et qui nous laisse une idée de ce qu’ils étaient et surtout du goût et de la beauté qu’ils voulaient nous laisser : peinture, cinéma, architecture, etc.

C’est une manière de laisser son empreinte et de donner sa vision du Monde à ceux qui succéderont sur Terre.

 

 Manière n°4 : Les écrits

Il s’agit des mémoires, des photos conservées pour les autres membres de la famille, d’un testament inconnu posé sur le bureau, de tout ce qui est laissé derrière soi finalement.

Comme le dernier album de Johnny…

 

Et vous, avez-vous reçu des écrits d’une personne après sa mort ?

 

 

Alors en guise de conclusion, je ne sais pas pourquoi, j’ai pensé à cette chanson de Johnny :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.